(Ebauche) Système d'épuration, eaux usées

De Wiki Low-Tech Lab

Une Prototype de avatarLyseconcept dans les catégories Eau, Outils, Habitat. Dernière modification le 2/11/2017 par Low-tech Lab.

No-image-yet.jpg

Un jour par hasard vous avez un ressenti sur une intervention que vous êtes en train d'effectuer. Ce n'est pas la première fois que ce genre de phénomène vous apparait comme cela mais celui ci est très fort. vous vous dépêchez de tout noter ce qui vous reviens en mémoire. Puis vous refaite l'expérience plusieurs fois et dans d'autres conditions. Vous avez fait une découverte. pour appliquer cette découverte il vous faut arriver à la transcrire, la définir, la visualiser. Puis un jour vous pensez que pour appliquer cette découverte vous devez créer un prototype expérimental.

Difficulté
Très difficile
Durée
48 mois
Coût
7000 EUR (€)
Licence :

Introduction

Quand on est sur le tas, dans ses idées, dans sa découverte, on passe à coté de plein de petites choses qui pour l’inventeur ne sont pas prioritaires. Comment une banalité fait ressortir une invention hors du commun? J’invente un procédé d’épuration des eaux usées qui semble être totalement -biologique-. Ensuite je vérifie tout pour déterminer qu’il est totalement -biologique-. Effectivement il l’est. Il faut ensuite déterminer pourquoi il est totalement -biologique-. En fait il fonctionne uniquement qu’avec des paramètres -biologique- , mais quels sont ces paramètres -biologique-? L’eau, l’oxygène, la matière organique, les excréments, la température, etc , on est loin des 14/16 paramètres que contient le procédé. Quand on prend la problématique uniquement que du coté -biologique- on peut éliminer certaines caractéristiques qui s’approchent de l’existant. En analysant le dysfonctionnement de l’existant, en caractérisant les paramètres de dysfonctionnement, on oppose la caractéristique biologie et on obtient un paramètre -biologique-. Ce qui est amusant à constater c’est que tous ces paramètres biologiques sont reliés entre eux et influent les autres paramètres biologiques. Jusqu’à il y a peu encore, la -biologie- a été mise de coté parce que l’homme a cru que le chimique allait la supplanter. On se rend compte qu’il n’en est rien et même que la -biologie- oblige l’homme à faire marche arrière sur bien des critères de vie. Qui aurait cru que l’on reviendrait au vélo de masse pour circuler librement en ville.? Qui aurait cru que le vélo deviendrait sur les axes routiers, prioritaires? Les diverses expériences sur le terrain m’ont permis d’affiner la technique afin qu’elle préserve au maximum les caractéristiques -biologique- du système. Pour cela il m’a fallu implanter plus d’une centaine de site pilote. il m’a fallu aussi me confronter à la réglementation, aux normes, à la loi, à la conformité. Ce qui m’a paru le plus intolérable c’est le fait que j’étais au dessus de toutes ces obligations administratives par rapport à l’existant. La problématique de l’inventeur: obtenir l'agrément de marché. Comment faire subir le protocole d’agrément d’une invention qui ne correspond en rien aux caractéristiques demandées par le protocole? Mission impossible. Un bureau d’études d’analyses scientifiques se limitent à quelques installations de pratique et de fonctionnement dans des conditions de fonctionnement commandées à un instant T. Un concept -biologique- fonctionne toute la journée, répondant aux besoins de nécessité et occasionnels. Le procédé doit répondre en permanence et non pas sur commande. L’effluent d’eaux usées correspond à un vrai effluent d’eaux usées en condition de fonctionnement usuel d’un habitat. Des conditions impossibles à réaliser sur un bureau d’études au delà de la mise en fonction d’un système complet sur le site de test. Pour rester dans ma logique d’être totalement -biologique- le est de fonction ne pouvait dès lors s’effectuer que sur une installation en fonctionnement journalier, chez vous chez moi. J’ai donc organisé une journée de test de fonction sur un site pilote après avoir élaboré un protocole adapté au site, aux personnes utilisatrices, aux témoins. J’ai copié la méthodologie pratiquée par le bureau d’étude agréé par le ministère. Un prélèvement toutes les heures sur 24h00 pour obtenir un échantillon témoin entre l’entrée et la sortie du procédé. Il fut vite évident que le prélèvement sur l’entrée n’avait aucun rapport avec le prélèvement de sortie puisque le temps de transit de l’effluent dans le procédé était estimé à 12/145 jours. J’ai donc ajouté au protocole établi, des prélèvements instantanés immédiat sur l’entrée et la sortie au début du test de fonction et à la fin du test. Les résultats différaient totalement d’avec ceux du témoin de 24h00. Ce n’était pas important pour, le test de fonction mais cela me confortait qu’il me faudrait revoir les données d’un tel test de fonction en condition général de fonctionnement usuel d’un habitat. Pour que tout ceci devienne compréhensif pour un large public il m’a fallu élaboré des documents explicites., ce fut le plus dure. J’ai pris conscience à un certain moment que j’avais entre les mains une biotechnologie. Je suis entrée dans une phase de démonstration pour expliquer pourquoi c’était une biotechnologie. Ce fut facile puisqu’effectivement la fonction unique et primaire du procédé n’est autre que la -biologie-. Encore une fois j’ai travers un désert d’incompréhension et de désintéressement. J’ai appris dernièrement qu’il existait un HCB, un Haut conseil des Biotechnologies. Enfin j’allais pouvoir être admis dans un cercle qui me convenait. Peine perdue il ne s’agit que des biotechnologies ayant trait à la recherche médicale. Ma requête fut rejetée, argumenté par des statuts réservés à la recherche médicale. Ce HCB doit donc soit changer ses statuts, soit être dissous car il ne peut pas avoir le titre de des biotechnologies sans traiter toutes les biotechnologies. Comble du hasard, le HCB fut créé en 2008, la même année où j’ai informé la D.E direction de l’eau de mon invention. Je viens de prendre conscience après toutes ses péripéties que j’avais inventé une biotechnologie, unique au monde. Elle se qualifie dans un premier temps sous le terme de Biotechnologie d’épuration des excréments, biotechnologie d’assainissement, biotechnologie des eaux usées.

Liste des matériaux

Liste des outils

Etape n°1 -

Notes et références

feedback